Les origines d´Elorrio

Ce parcours rural d'environ 1 heure fait découvrir des éléments ethnographiques très intéressants ainsi que le fonctionnement communautaire et autonome de ces hameaux dans le passé.

De juin à septembre, ce circuit peut également être réalisé dans le cadre d'une visite guidée. Vous aurez alors l'occasion de visiter l'intérieur d'un moulin et de poser toutes vos questions à sa propriétaire Dori, l'une des personnes qui connaît le mieux Elorrio.

Office de tourisme d'Elorrio:  946 820 164 / info@elorrioturismo.eus

Les thermes Baños Viejos

Bekoerrota

Olazti Concours de traction de pierre

Lavoir Zenitaolea

Uratsa

Source Ferrugineuse

Baserria.

La ferme

Le granier

à grains (garaixe)

Argiñeta

 

Les thermes Baños Viejos

La vallée d'Elorrio fait partie de celles qui ont le plus de sources d'eau sulfureuse. Le nombre d'établissements thermaux construits autour de ces sources montre l'importance de leurs eaux.

 

Les thermes Baños Viejos datent de l'année 1826, date à laquelle les eaux du site, déjà exploitées à des fins médicinales, furent déclarées d'utilité publique. Aujourd'hui, le bâtiment n'a plus sa fonction d'origine et abrite désormais un établissement scolaire.

 

Ces thermes étaient réputés et populaires car ils offraient à leur clientèle distinguée des facilités de transport pour accéder aux bénéfices des eaux. Les voyageurs pouvaient prendre la ligne ferroviaire principale depuis la gare d'Atxuri à Bilbao jusqu'à Durango, où des calèches partaient pour les thermes à 12 h et à 16 h 30.

En 1877, les thermes d'Elorrio étaient les plus fréquentés de toute la Biscaye. Leurs eaux étaient particulièrement indiquées pour les affections respiratoires, dermatologiques et hépatiques.

 

Les anciennes baignoires sont encore visibles à l'entrée du jardin, elles servent aujourd'hui de jardinières.

Bekoerrota

 

Les moulins des hameaux étaient des propriétés communales. Le moulin de Bekoerrota (moulin d'en-bas), avait 12 parts, c'est-à-dire que douze fermes étaient copropriétaires du moulin. Le règlement et les horaires de chacun étaient convenus par écrit et devaient être scrupuleusement respectés pour ne pas porter préjudice aux autres propriétaires.

 

Le panneau indiquant les horaires était placé sur la pierre à côté de la porte.

 

Les meules à main étaient déjà utilisées au néolithique pour moudre le grain, pierre contre pierre. Pour cuisiner, l'armée romaine transportait un moulin de ce genre (manuealis) pour dix hommes.

 

Le contrôle des moulins impliquait le contrôle de la population. En temps de guerre, ils étaient donc confisqués et scellés.

ÉLÉMENTS

 

BARRAGE, petit barrage dans la rivière qui facilitait l'entrée de l'eau dans le canal.

BIEF D'AMONT, canal qui dévie l'eau de la rivière pour la conduire jusqu'au bassin de retenue.

BASSIN DE RETENUE, profond réservoir où l'eau est accumulée avant d'entrer dans le moulin.

MOULIN, roues hydrauliques mises en mouvement par la force de l'eau.

BIEF D'AVAL, canal qui rend l'eau à la rivière.

Si vous souhaitez visiter l'intérieur d'un moulin, n'hésitez pas à réserver la visite guidée organisée par l'office de tourisme.

Dori, la propriétaire du moulin, vous racontera tout ce que vous voulez savoir et plus encore...

 

À Elorrio, les premiers témoignages concernant les concours de traction de pierre remontent aux années 1895 et 1896. La ville est fière de posséder la pierre la plus ancienne de toute la Biscaye dont la date a été gravée en 1859.

 

Les concours avaient lieu sur la prairie d'Olazti, dans une chênaie d'arbres autochtones. Les gens du hameau y participaient avec leurs vaches ou l'animal qu'ils possédaient car il n'était pas courant d'avoir un bœuf à l'époque.

Les paris étaient modestes mais gagner était important. Parfois, lorsque l'enjeu devenait considérable, les concours avaient lieu devant tout le village sur la piste d'Elorrio (actuel champ de foire).

 

Ce divertissement était réservé aux hommes. Le dimanche, après la messe et quelques txikitos (petits verres de vin), les paris sur les animaux allaient bon train.

Olazti - Concours de traction de pierre

Ce sport est encore pratiqué à Elorrio pendant les fêtes (Ferixa Nagusikoak). Consultez l'AGENDA et notez les dates des concours.

 

Si les sports ruraux basques vous intéressent, cliquez sur CONCOURS DE TRACTION DE PIERRE PAR DES BOEUFS

Les femmes n'aimaient pas que les animaux, indispensables aux travaux de la ferme, soient utilisés pour se divertir et risquent d'être blessés. La perte d'un animal pouvait avoir des conséquences désastreuses pour une ferme.

 

En 1956, les habitants de Zenita organisèrent l'un des derniers concours du hameau. 

 

Lavoir Zenitaolea

Les lavoirs se multiplièrent, surtout à partir du XIXe siècle lorsqu'une épidémie de typhus fit comprendre à la population l'importance de l'hygiène. Habituellement situés en dehors de la ferme, ils étaient utilisés pour laver le linge.

 

Certains étaient privés et d'autres communaux, ce qui en faisait un lieu de convivialité et de commérages pour les femmes.

Observez les plantes qui poussent autour du lavoir, vous y trouverez certainement la prêle des champs (Equisetum arvense ou azeri buztan en basque), utilisée à des fins médicinales.

Prêle des champs

Cette plante primitive est liée aux fougères et se reproduit par spores.

Connue pour ses propriétés diurétiques, elle est utilisée dans les traitements contre l'obésité, l'excès d'acide urique, l'arthrite ou goutte, et les maladies de l'appareil urinaire.

 

Uratsa

Uratsa signifie eau fétide ou qui sent mauvais en basque. Cette fontaine d'eau sulfureuse fut construite par Casto de Zabala vers 1900, dans une dernière tentative d'ajouter une source supplémentaire aux thermes Baños Viejos ou Baños de Galartza pour les agrandir. Les eaux de ces thermes furent récompensées par la médaille de bronze et une mention honorable lors de l'Exposition universelle de Paris en 1878.

Les auberges et les fermes de la ville accueillaient 300 curistes (sans compter ceux qui logeaient dans les thermes).

 

 

Les eaux étaient particulièrement indiquées pour les affections dermatologiques, respiratoires et hépatiques. N'oubliez pas d'en boire un peu !

La première croix du mont Gorbea fut également dessinée par Casto de Zabala.

 

Source ferrugineuse

Les eaux de cette source forment un sillon de couleur ocre, résultat du dépôt d'oxyde au contact de l'air.

 

Ces eaux sont indiquées pour les anémies (manque de fer). Leur goût métallique peut être repoussant, mais les effets reconstituants en valent la peine.

Pierre de Bolintxo

Sur le chemin de la ferme Zenitaldekoa, remarquez les roues et les meules d'un moulin.

Elles viennent du moulin Bolintxo. Le mot « bolua », qui fait référence à la pierre du moulin, vient du latin « mola ». Ce moulin portait le diminutif bolintxo car ses pierres étaient plus petites que celles des autres.

 

BASERRIA, la ferme

La ferme ou baserria est la maison traditionnelle du Pays basque rural.

 

Ces habitats familiaux, indépendants et multifonctionnels étaient autonomes.

 

La ferme basque n'est pas simplement un bâtiment : elle comprend l'habitat, l'étable, l'atelier, l'entrepôt, le pressoir et les personnes et les animaux qui y habitent. Cela implique des devoirs envers la communauté et des droits (forêts et prairies communales, siège dans la confrérie, part dans les moulins, lieu de sépulture...)

 

La façade principale est toujours orientée vers le sud-est même si cela oblige à tourner le dos à ses voisins.

La ferme est une maison parfaitement adaptée à sa fonction et à son milieu. Ce sont les meilleures maisons rurales du monde. Elles étaient réalisées par des professionnels de la construction : des architectes dressaient les plans et suivaient la totalité des travaux. Ces projets modernes étaient menés avec professionnalisme.

 

Il n'existe pas de prototype de ferme mais plutôt une grande variété de constructions, qui dépend de la capacité économique de la famille et des besoins de spécialisation de la production.

 

Le grenier à grains  (garaixe)

Construits au début du XVIIe siècle, ce sont les plus anciens du monde. Avec le temps, ils sont devenus des granges (arnagas).

 Ils étaient principalement utilisés pour conserver les céréales, plus tard remplacés par le maïs américain. Le prix du blé ayant beaucoup augmenté, il ne fut plus utilisé que pour le paiement des rentes.

Le grenier à grains typique de la Biscaye, appelé garaixe en basque, était ainsi selon Balendín de Lasuen :

Argiñeta

 

LA CHAPELLE SAN ADRIÁN

La chapelle San Adrián fut reconstruite au XVIe siècle et rénovée plusieurs fois depuis. Le pavé en pierre datant du XVIIe siècle est d'une valeur artistique évidente.

À l'origine, les chapelles ne se limitaient pas à leur fonction religieuse : les défunts y étaient enterrés et les affaires et les problèmes de la communauté civile y étaient discutés. Cet espace religieux et civil de la communauté est appelé une confrérie, le mot espagnol « cofradía » vient de « frade » qui signifie frère.

L'église était un élément fédérateur pour ces hameaux. C'était la référence de la collectivité : l'unique édifice public où, après les célébrations religieuses, tous les paroissiens pouvaient se réunir en conseil et prendre des décisions communes en toute sécurité. 

Cette organisation du territoire connut de grands changements entre les années 1050 et 1200, avec les débuts de la formation des paroisses, précurseurs des municipalités actuelles.

LA NÉCROPOLE D'ARGIÑETA​

La nécropole est l'un des principaux monuments funéraires du Pays basque espagnol, tant par le nombre que par la chronologie des sarcophages construits entre le VIIe siècle et le haut Moyen Âge. Cet ensemble est situé dans le hameau de Zenita, dans la municipalité d'Elorrio et comprend la nécropole (vingt et une sépultures dont un sarcophage double et cinq stèles remarquables) et la chapelle San Adrián, reconstruite au XVIe siècle et rénovée plusieurs fois depuis.

 

Les sarcophages furent construits pour être utilisés dans les nécropoles des hameaux alentour (Mendraka, Miota, Berrio) mais au XIXe siècle, le père Retolaza, à l'époque prêtre de la municipalité, les regroupa à l'endroit actuel et créa un site évocateur et romantique.

 

Observez les signes astraux qui décorent les stèles et prenez plaisir à voyager dans le temps. Vous aurez du mal à quitter ce site unique et la magie qu'il dégage.

N'oubliez pas que ce circuit peut également être réalisé dans le cadre d'une visite guidée. Vous aurez alors l'occasion de visiter l'intérieur d'un moulin et de poser toutes vos questions à sa propriétaire Dori, l'une des personnes qui connaît le mieux Elorrio.

mapa de Elorrio

Il existe d'autres circuits à thèmes    

Vous pouvez également télécharger la carte

indiquant tous les sites intéressants

et créer votre propre parcours    

  • YouTube - Black Circle
  • Facebook - Black Circle

Calle Berrio-Otxoa, 15 

48320 Elorrio (Bizkaia) 

Contactez-nous

OFFICE DE TOURISME

Suivez-nous sur

TEL.: 946 820 164   

Courriel: info@elorrioturismo.eus  

Pour en savoir plus cliquez ici

Elorrio,

là oú le temps

s´arrête.